Votre article a été ajouté à votre panier

LE PARFUM

 

 

Le parfum en Egypte Antique

 

Lecteur, as-tu quelquefois respiré
Avec ivresse et lente gourmandise
Ce grain d'encens qui remplit une église,
Ou d'un sachet le musc invétéré ?

Charme profond, magique, dont nous grise
Dans le présent le passé restauré !
Ainsi l'amant sur un corps adoré
Du souvenir cueille la fleur exquise.

De ses cheveux élastiques et lourds,
Vivant sachet, encensoir de l'alcôve,
Une senteur montait, sauvage et fauve,

Et des habits, mousseline ou velours,
Tout imprégnés de sa jeunesse pure,
Se dégageait un parfum de fourrure.

Charles Baudelaire

 


L'Histoire Les Féminins Les Masculins

 


 

Tous les peuples de l’antiquité ont été de grands utilisateurs de produits parfumés. Les sumériens en faisaient déjà le commerce au IVème millénaire avant JC.

 L’Egypte antique a été une grande consommatrice de compositions olfactives, alimentée par d’importantes fabriques où l’on travaillait principalement la cannelle ou l’encens. L’usage en était à la fois religieux et profane. Les prêtres les utilisaient en fumigation dans les temples, technique consistant à placer des produits odorants (résine, épices ou bois) sur une source de chaleur. Les onguents et huiles étaient destinés à usage cosmétique ou médical. Ils étaient élaborés par la technique d’absorption, une base d’huile végétale ou graisse animale en contact avec des substances odorantes, fleurs ou résines, auquel on rajoutait des colorants.


La Grèce antique reprit la culture égyptienne, les grecs se parfumaient pour obtenir des dieux protection ou bienveillance. Les morts étaient parfumés, enterrés avec leur flacon de parfum.
Comme en Egypte, l’usage profane consistait à s’enduire le corps d’onguent,  les athlètes étaient massés à l’huile parfumée pour améliorer leurs performances.

 Le parfum au temps de l'Egypte Antique

 Le parfum sous la Rome Antique  

 

La Rome antique, sous influence de la Grèce et de l’Egypte reprit à son compte l’usage du parfum dans les rites  religieux, dans la vie quotidienne, mais aussi pour ses qualités médicinales. Le marchand de parfum tenait une place similaire à celle du médecin dans la thérapique de l’époque.

 


 

La chute de l’Empire Romain d’Occident mis un terme provisoire à l’utilisation raffinée des produits parfumés, que ce soit dans la vie quotidienne ou dans les rites religieux. La parfumerie continua néanmoins à se développer au sein d’un monde islamique plus raffiné, avec de nouvelles avancées techniques, dont l’invention de l’alambic qui permit d’améliorer le processus de distillation.

Le retour de l’usage du parfum en Occident se fit par l’intermédiaire des Croisés d’Orient qui rapportèrent de leurs voyages des huiles parfumées, des essences dont le musc, l’ambre ou le santal. Le parfum est intégré à la toilette, à l’hygiène, on découvre le savon et l’eau de rose, mais on l’utilise également à des fins médicales pour écarter les maladies, telle la peste.

 

Le parfum au Moyen Age


Le parfum au XVIII ème siècle

 

 

 

La révolution olfactive se déroule à la Renaissance avec la découverte de l’alcool éthylique qui donne au parfum une dimension liquide : l’alcoolat,  permettant une meilleure imprégnation olfactive que les huiles et graisses traditionnelles.
Le premier parfum illustre de cette nouvelle génération est l’Eau de la Reine de Hongrie au XIVème siècle à base de romarin et essence de térébenthine à usage thérapeutique.

Avec le recul de l’hygiène, on utilise de plus en plus le parfum pour cacher les mauvaises odeurs. Au XVIIème siècle, on parfume le corps, les vêtements, les cuirs. Le métier de parfumeur est associé à celui de gantier. La ville de Grasse, grande productrice de fleurs parfumées, devient la capitale du parfum.

 

 


 

L’eau de Cologne apparaît au XIXème siècle, elle est utilisée en friction ou en ingestion. Louis XV et Napoléon Ier en sont des adeptes inconditionnels.

 La révolution industrielle des années 1860 entraîne la parfumerie dans un incroyable tourbillon. Les conditionnements de parfums passent de la pièce unique à la série, les grands magasins ouvrent la parfumerie au plus grand monde, le parfum se démocratise.
Parallèlement la parfumerie découvre les composants de synthèse offrant ainsi au créateur une palette olfactive surdimensionnée.
La parfumerie entre dans le monde moderne.

La parfumerie française, référence incontestable dans le monde, voit son modèle concurrencé par l’arrivé de la parfumerie américaine et ses parfums marketing, mais a su garder son leadership dans le monde grâce à son savoir-faire artisanal et technologique, mais aussi grâce au dynamisme commercial de ses grands groupes.

  

Le parfum de Marilyn Monroe